Vous naviguez en mode anonymisé, plus d’infos

La ligne de fret ferroviaire entre Parthenay et Thouars
Temps de lecture 6 minutes
actualité

Fret ferroviaire : réouverture de la ligne Niort – Thouars

La ligne de fret entre Niort et Thouars, dans les Deux-Sèvres, est à nouveau entièrement ouverte, après la modernisation de la section entre Parthenay et Saint-Varent. Uniquement réservée aux trains de marchandises, cette ligne au potentiel important représente un trafic de plus de 1,5 million de tonnes de marchandises par an.

Modifié le mercredi 29 novembre 2023
  • # Trains régionaux
  • # Deux-Sèvres
  • # Nouvelle-Aquitaine
  • # Transports
  • # Particulier

Fin des travaux sur la section Parthenay - Saint-Varent

Retour en image sur les travaux entre Parthenay et Saint-Varent

Après d’importants travaux de modernisation, le tronçon de ligne entre Parthenay et Saint-Varent est ouvert aux circulations ce mois de décembre 2023. Avec la réouverture de cette section, les circulations des trains de marchandises ont repris sur l’ensemble de la ligne de fret Niort – Thouars.

33 km de voie renouvelés

Fermée à la circulation depuis 2015, la section de ligne entre Parthenay et Saint-Varent a fait l’objet d’importants travaux démarrés en 2022. Les principales interventions ont permis :

  • le renouvellement partiel de 33 km de voie,
  • la modification du plan de voies des gares d’Airvault et de Parthenay,
  • la remise en état d’ouvrages d’art, d’ouvrages en terre et d’ouvrages hydrauliques,
  • la modernisation des installations de sécurité sur 3 passages à niveau,
  • la modernisation des installations de signalisation et de télécommunication.

Ces travaux permettent d’assurer la pérennité de la voie pour 10 ans.

Travaux sur la ligne de fret Parthenay-Thouars
25 000 traverses ont été remplacées sur la ligne.
Les travaux sur la ligne de fret Parthenay-Thouars
19 000 tonnes de ballast ont aussi été remplacées.
Travaux sur la ligne de fret Parthenay-Thouars
Travaux sur la ligne de fret Parthenay-Thouars
La phase des essais techniques s’est déroulée de septembre à novembre 2023.
Travaux sur la ligne de fret Parthenay-Thouars
Près de 45 % du chantier financé par la Région

Le montant des travaux de la section Parthenay - Saint-Varent s’élève à 17 millions d’euros, financés par la Région Nouvelle-Aquitaine et l’Etat (44,7% chacun), le Département des Deux-Sèvres (7,8%), la Communauté de Communes du Thouarsais (0,6%) et la Communauté de Communes Airvaudais-Val du Thouet (0,1%). Les entreprises bénéficiaires de cette ligne de fret ont également participé au financement : les Carrières Roy (2%) et la société Amaltis (0,1%).

Le fret ferroviaire entre Niort et Thouars

Carte de la ligne de fret Parthenay Saint-Varent

La réouverture complète de la ligne de fret entre Niort et Thouars est un enjeu majeur pour tous les acteurs du territoire. Fermée dans sa partie centrale depuis 2015, la ligne Niort – Thouars compte 87 km de voies, indispensables à l’activité de nombreuses entreprises et carrières, dont les sociétés Amaltis, Kleber Moreau et Roy. Ces dernières ont participé au financement des travaux de modernisation de la ligne. Dans un premier temps, le tronçon de la ligne entre Niort et Parthenay a été rouvert en 2019. Avec la remise en service de la section entre Parthenay et Thouars en décembre 2023, la totalité de la ligne Niort – Thouars est réouverte. Cette ligne de desserte fine uniquement réservée au fret est notamment stratégique pour les approvisionnements du Sud-Ouest en granulats.

Un atout économique et un levier de transition écologique

Avec un potentiel important, la reprise des circulations sur l’ensemble de la ligne Niort - Thouars pour le transport de marchandises va générer de nombreux bénéfices à long terme :

  • La ligne représente un trafic de plus de 1,5 million de tonnes de marchandises par an, soit 50 000 poids lourds évités sur les routes régionales.
  • La relance des trafics Nord- Sud est à nouveau possible : un trafic de 250 000 tonnes de granulats par an est attendu entre Saint-Varent et la région bordelaise, ainsi qu’une augmentation du trafic d’engrais en provenance d’Allemagne.
  • La ligne Niort – Thouars contribue à la redynamisation du tissu économique et industriel du nord des Deux-Sèvres. La réouverture de cette ligne capillaire de fret permettra de développer le transport ferroviaire de granulats, céréales, clinker ou autres marchandises à destination des sites industriels, des sites de travaux et des plateformes multimodales.
  • Cette remise en service permet enfin de proposer un itinéraire alternatif à Tours-Bordeaux.
Réduire les émissions de gaz à effet de serre

Solution de report modal, le fret ferroviaire contribue à la réduction des émissions de gaz à effet de serre. Un train de marchandises est l’équivalent de 50 poids lourds et émet 10 fois moins de CO2. Il permet donc une baisse des trafics routiers et de l’accidentologie, une réduction de la consommation d’énergie carbonée, fossile soit un impact réduit de toutes les externalités négatives en comparaison avec le transport routier.

Fret : la volonté de fer de la Région Nouvelle-Aquitaine

Le chantier de la ligne Niort – Thouars est le fruit d’une large concertation entre toutes les parties prenantes, avec un engagement majeur de la Région. Le montant total des travaux sur les sections Niort – Parthenay – Saint-Varent s’élève à 26,5 millions d’euros, assumé à 46 % par la Région, soit plus de 12 millions d’euros d’investissement. Le tour de table des cofinancements a également intégré l’Etat, les industriels embranchés ainsi que les communautés de communes Airvaudais-Val du Thouet et du Thouarsais dans les Deux-Sèvres.

A l’heure du réchauffement climatique, privilégier le transport de marchandises par le rail plutôt que par la route s’impose comme une évidence. Le principe de report modal est en revanche plus facile à dire qu’à faire pour deux raisons majeures. La première est liée à un état dégradé du réseau ferroviaire français, la seconde à la complexité technique du fret ferroviaire. Pour autant, la Nouvelle-Aquitaine mène une politique volontariste en la matière : dans tous les territoires, des lignes capillaires sont soutenues et les infrastructures modernisées. La Région finance les travaux nécessaires à la sauvegarde des infrastructures, à hauteur de 38 millions d’euros à ce jour. La Région engage également plus de 21 millions d’euros pour le fret dans le cadre de l’accord régional de relance.